Archives de l’auteur : 00ced

Assemblée Générale 2013

Assemblée générale de l’association

 Assemblée Générale AAMENLe 16 avril dernier, l’AAMEN a tenu son assemblée générale ordinaire, en présence d’une cinquantaine de ses membres.

La réunion a commencé par une conférence de Mme Roselyne Bouvier, qui a souhaité revenir sur la vente exceptionnelle d’oeuvres Art Nouveau organisée par Sotheby’s, à Paris, en février 2013. Ces oeuvres, parmi lesquelles figurent de nombreuses pièces d’artistes de l’Ecole de Nancy, faisaient partie de la collection du Japonais Takeo Horiuchi, particulièrement intéressé par les rapports existant entre l’art japonais et l’art occidental à la fin du 19è siècle.

 L’art japonais, en effet, constitue l’une des sources d’inspiration majeures des artistes de l’époque, à Nancy comme dans le reste de l’Europe. Emile Gallé, pour ne citer que lui, rassemble très tôt une collection d’objets d’art japonais, auxquels il ajoute des recueils de motifs décoratifs et des ouvrages scientifiques traitant du Japon ; bien loin de se contenter de simples pastiches, il mène une réflexion poussée sur le décor, n’hésitant pas à faire dialoguer dans certaines oeuvres éléments japonais et occidentaux.


Conférence Roselyne Bouvier AAMEN 16 avril 2013.

 Ainsi, les artistes de l’Ecole de Nancy élaborent une conception du décor floral tout à fait particulière, dont témoignent plusieurs très belles pièces passées en vente chez Sotheby’s, comme la salle à manger d’Henry Vasnier, réalisée par Gallé au début des années 1890, ou le bureau de Louis Majorelle Aux Orchidées, créé en 1903 et dont seuls deux ou trois modèles sont aujourd’hui connus.

 M. France-LanordM. France-Lanord, président de l’association, a ensuite procédé à la lecture des rapports moral et financier, approuvés par les membres présents. Si l’AAMEN continue à afficher un bilan financier satisfaisant, elle enregistre en revanche une baisse sensible du nombre de ses adhérents, de l’ordre d’une quarantaine de membres – évolution qui, il est vrai, concerne la plupart des associations d’amis de musée.

 L’année 2013 s’annonce particulièrement riche en activités variées : outre la sortie dans les Vosges prévue le 08 juin prochain (voir détails sur le site), un voyage à Lyon et environs est programmé pour le premier week-end d’octobre, avec au menu (entre autres surprises !) la découverte de la villa Esquirol, construite pour l’industriel Marius Berliet, et celle de l’hôtel Terminus de Lyon-Perrache.

Des visites réservées aux membres de l’association accompagneront les prochaines expositions du Musée de l’Ecole de Nancy, La Renaissance, un modèle pour l’Ecole de Nancy ? (à partir du 04 mai) et Florilèges, retour sur quinze ans d’acquisitions (du 20 décembre 2013 au 13 avril 2014). Cette dernière manifestation se déroulera parallèlement à l’exposition Natures de l’Art Nouveau, organisée par le Réseau Art Nouveau et présentée au Palais du Gouvernement.Bien évidemment, toutes les informations relatives à ces diverses activités vous seront données en temps utile !

 Enfin, l’assemblée s’est conclue par un pot amical préparé par les membres du bureau. A toutes, un grand merci !

Mystère au musée

Mystère au muséeDans le but de faire découvrir le musée de l’École de Nancy de manière ludique, l’AAMEN a édité un livre destiné aux enfants, à partir de 7 ans.

Une autre façon de découvrir le musée… En famille !

Que se passe-t-il au musée ?
d’où viennent ces bruits étranges ?

Pour le savoir, mène ton enquête en parcourant la maison de Monsieur Corbin et en interrogeant ses «habitants»… Énigmes, codes secrets, labyrinthes et jeux t’aideront à résoudre ce mystère…

À la fin de l’aventure, les artistes de l’École de Nancyet leurs œuvres n’auront plus de secret pour toi…

Disponible au musée de l’École de Nancy – 10 €.

À propos… De la restauration de la villa Majorelle

Villa MajorelleVISITE A LA VILLA MAJORELLE
(uniquement pour les adhérents)

le samedi 25 mai 2013 matin.: Visite des travaux de restauration à la Villa Majorelle :
1 groupe de 20 personnes à 10h
1 groupe de 20 personnes à 11h.

S’inscrire impérativement avant, et uniquement par tél. au Musée de l’Ecole de Nancy : 03 83 40 14 86

Si vous n’êtes pas encore adhérent 2013 , adhérez au plus vite par courrier. Vous pourrez ainsi nous rejoindre dans toutes nos activités : visite, sortie, conférence…

16 avril 2013 : Assemblée Générale

ASSEMBLEE GENERALE ORDINAIRE ANNUELLE :

Conférence de Roselyne BOUVIER sur les oeuvres de l’Ecole de Nancy dans les collections du Matsue Kitahori au Japon :

Dans les années 90, un collectionneur japonais fasciné par l’influence des arts du Japon sur l’art  occidental fin XIX-début XXe siècle a constitué une collection importante d’oeuvres « art  nouveau »et notamment d’objets réalisés par les artistes de l’Ecole de Nancy. Cette collection, dispersée le 16 février dernier chez Sotheby’s à Paris, est l’occasion d’un coup d’éclairage sur l’art nouveau français , plus spécialement celui de l’Ecole de Nancy.

Entrée libre

Ordre du jour :

– Rapport moral et financier 2012

– Programme d’actions à venir

– Budget prévisionnel 2013

– Cotisations 2014

– Questions diverses

le mardi 16 avril 2013 à 18h30, Salle de Réunion du Crédit Mutuel Enseignant (CME) 27 rue Gustave Simon à NANCY

 

 

Visite d’Euville et de Commercy

Visite d’Euville et de Commercy.

À l’occasion de la promenade de printemps, les membres de l’AAMEN se sont rendus à Euville, petite commune meusienne connue pour sa pierre qui, notamment, soutient la statue de la Liberté à New York. Forte de cette manne, Euville connaît son âge d’or au début du XXe siècle et profite de finances exceptionnelles pour construire un hôtel de ville de style Art Nouveau et une église plus éclectique, sujets de notre visite.

L’hôtel de ville d’Euville

Hôtel de ville d'Euville

En thème avec l’association, l’hôtel de ville s’est révélé particulièrement intéressant, de par son architecture, mais aussi par des ornements signés par les grands noms de l’École de Nancy.

Hôtel de ville d'Euville, vitrail Jacques Gruber

L’église d’Euville

Église d'Euville

L’église d’Euville, construite à la même époque, a la particularité d’avoir deux clochers dont l’entretien se révéle deux fois plus couteux qu’une église ordinaire aujourd’hui. On y trouve également des meubles École de Nancy.

Eugène Vallin, École de Nancy

Commercy

À Commercy, outre les madeleines dont le succès ne s’est pas démenti, nous tombons sur une villa aux faux airs de la célèbre « villa Les Glycines » de Nancy.

Villa à Commercy, aux faux airs de la villa les glycines

En parlant de madeleine, chaque sac devant les membres de l’AAMEN sur la photo ci-dessous représente à lui seul le stock moyen annuel d’une famille de 4 personnes gourmandes :

AAMEN : Adhérents dérrière less acs de madeleines, Commercy

Après une intéressante visite du château de Commercy, dans lequel furent (peut-être) inventés la madeleine et le baba au rhum, une visite de la pharmacie Art Nouveau de la commune nous est sympathiquement proposée par le propriétaire de l’officine (merci à lui).

Pharmacie Art Nouveau de Commercy

Pour finir la journée, nous visitons le village de Flirey, qui a pour particularité d’être intégralement moderne (post 1918) malgré ses faux airs de village lorrain.

Vous voulez en savoir plus ? Adhérez : c’est pas cher et c’est sympa.
Pour voir les photos des membres de l’AAMEN, c’est ici.

Assemblée Générale, 21 mai 2012

L’assemblée générale de l’association a eu lieu le 21 mai 2012 à 18h30 à l’agence du CIC Est place Maginot à Nancy, que nous remercions chaleureusement. Une cinquantaine de membres de l’association étaient présents.

Les membres de l'AAMEN à l'assemblée générale

« La fée électricité» de Raoul Dufy

Selon la tradition, l’assemblée générale de l’AAMEN a débuté par une conférence de Pierre Boyer sur l’œuvre de Raoul Dufy, « La fée électricité ».Peinture monumentale avec ses 624 m2, elle a été peinte en quelques mois seulement  en 1936 et 1937. Il représente 110 scientifiques d’Aristote à Pierre Curie dont les travaux sont associés à l’électricité.

Pierre Boyer, Roselyne Bouvier (vice-présidente) et Thierry France-Lanord (Président)

L’assemblée générale

À l’issue de cette conférence, notre Président et notre Vice-Présidente présentèrent le bilan de l’année écoulée (voyages, rapport moral et financier) ainsi que le programme d’actions à venir, mettant l’accent sur la faiblesse des dons au bénéfice de l’association : à votre bon cœur…

A l’issue de l’assemblée, les membres présents se sont retrouvés autour du pot de l’amitié préparé par les membres du Bureau (merci à celles et à ceux qui se reconnaitront.

Les membres du bureau préparent le pot de l'amitié

De Saint-Louis à Lalique, 8 octobre 2011

Promenade à Saint-Louis-lès-Bitche et Wingen-sur-Moder

autochtones amusés - cliché Cédric AMEY

C’est par un temps pluvieux que les membres de l’AAMEN quittent Nancy afin de visiter le musée des verreries de Saint-Louis et le tout nouveau musée Lalique de Wingen-sur-Moder. Le trajet se déroule presque sans encombre. Presque, parce qu’une fois de plus, le GPS du chauffeur nous mène sur de sinueux chemins vicinaux qui, après bien des manœuvres sous le regard amusé de quelques autochtones, nous imposent une marche arrière sur quelques centaines de mètres. Une bonne vieille carte routière emmenée par un passager prévoyant viendra remplacer le fleuron de la technologie cartographique pour le reste du voyage.

« La plus ancienne cristallerie de France »

musée des cristalleries de Saint-Louis - cliché Cédric AMEY

Le programme prévoit une visite du musée du cristal de Saint-Louis. Datant de 1767 sur les vestiges d’une ancienne verrerie du XVIe siècle, les verreries de Saint-Louis sont les premières en France à mettre au point le cristal (1781) dont l’Angleterre détenait le monopole. Son prestige grandit alors, grâce à de nouvelles techniques et l’utilisation de la couleur dans son cristal.

Arrivés avec un peu de retard, nous entamons rapidement une visite libre du musée.

Construit par les architectes Lipsky et Rollet, l’espace à la muséographie résolument moderne s’élève autour des vestiges d’un ancien four sur une structure de pin clair qui créé une promenade sur 3 niveaux en pente douce, rendant le site  accessible aux personnes à mobilité réduite. Plus de 1500 œuvres y sont exposées dans un ordre chronologique qui permet de découvrir l’évolution des techniques verrières.

 

Auberge des Mésanges

Auberge des Mésanges, anniversaire... - cliché Cédric AMEY

Le repas se déroule dans la bonne humeur à l’auberge des Mésanges de Meisenthal que les membres de l’association connaissaient déjà pour y avoir déjeuné il y a quelques années lors d’une visite de la verrerie de Meisenthal.

Auberge des Mésanges, anniversaire... - cliché Cédric AMEY

C’est l’occasion d’offrir à celui qui assume la lourde tâche d’organiser les expéditions de l’association, Christian Fruytier dont c’est l’anniversaire, un verre à whisky produit à Saint-Louis : un cadeau utile, selon l’intéressé.

Wingen-sur-Moder, un nouveau mus

ée dédié à René Lalique

Aidés de notre fidèle carte routière, nous atteignons le tout nouveau musée Lalique de Wingen-sur-Moder, localité choisie par René Lalique à l’aube des années 1910 installer sa verrerie. Aménagé sur les lieux de la verrerie du Hochberg en activité aux XVIIIe et XIXe siècles par les architectes Chiodetti et Crupi de Colmar, le musée utilise au mieux la topographie du lieu pour se fondre au paysage tout en offrant une vue panoramique sur la vallée. Les collections présentent l’évolution du savoir-faire Lalique en faisant la part belle aux flacons à parfum et autres objets en verre, sans oublier les célèbres bijoux.

Groupe AAMEN au musée Lalique de Wingen-sur-Moder - cliché Cédric AMEY

Nous suivons avec intérêt une visite guidée suivie d’un moment de visite libre pendant lequel chacun put admirer les collections et s’acheter quelques souvenirs.

Musée Lalique de Wingen-sur-Moder, flacon à parfum - cliché Cédric AMEY

Après un retour sans histoire (ni détours, la voix synthétique du Saint-Fiacre électronique ayant été réduite au silence), nous ne pûmes faire la traditionnelle photographie de groupe en raison du mauvais temps qui, décidément, ne nous quitta pas une minute.

bijou Lalique - cliché Cédric AMEY


  MUSEE DU CRISTAL SAINT LOUIS

Rue Coëtlosquet
57620 SAINT LOUIS LES BITCHE
Tél : 03 87 06 40 04
Fax : 03 87 06 81 37
lagrandeplace@cristal-saint-louis.fr
http://www.saint-louis.com

MUSÉE LALIQUE

Rue du Hochberg
67290 Wingen-sur-Moder
Tél. 03 88 89 08 14
http://www.musee-lalique.com/

AUBERGE DES MESANGES

2 RUE TISEUR,
57960 MEISENTHAL
Tél. 08.99.02.86.33.

Voyage en Suisse, 21 et 22 mai 2011

De La-Chaux-de-Fonds à Lausanne

AAMEN Lausanne :: La traditionnelle photo de groupe
La traditionnelle photo de groupe – Lausanne -Photo Cédric Amey

 

La Chaux de Fonds

Départ de bon matin de l’arc Désilles, en direction de La-Chaux-de-Fonds, une petite ville de 40 000 habitants au patrimoine architectural Art Nouveau assez étonnant.

La ville s’est construite sur une réputation horlogère de reonommée mondiale, et est aussi le lieu des premières réalisations architecturales de Charles-Edouard Jeanneret, futur Le Corbusier, un enfant du pays. Elle a développé, entre 1890 et 1905, un intérêt pour l’Art Nouveau grâce au dynamisme de son industrie horlogère, se dotant d’une riche bibliothèque, d’un musée d’art industriel, d’un crématorium et d’un certain nombre de villas et d’immeubles, tous imprégnés de style Art Nouveau.

Inspiré de la nature jurassienne et de la grammare des styles du passé, ce style est connu sous le nom de Style Sapin et, grâce à un long travail de revalorisation, il apparaît aujourd’hui comme incontournable dans l’histoire des arts européens, dans les domaines de l’architecture et des arts décoratifs, mais aussi dans le développement de l’École d’art qui s’est dotée, notamment, d’une collection d’objets d’art signés Gallé, Grasset, Lalique et Mucha.

Grâce au Réseau Art Nouveau, dont La-Chaux-de-Fonds est bien sûr membre, nous avons eu la chance d’être guidés par une des spécialistes de l’art de cette cité du début du XXe siècle.

La-Chaux-de-Fonds, les communs Art Nouveau d'un immeuble
La-Chaux-de-Fonds, intérieur de style Art Nouveau d’un immeuble-Photo Cédric Amey
La-Chaux-de-Fonds, les communs Art Nouveau d'un immeuble
La-Chaux-de-Fonds, intérieur de style Art Nouveau d’un autre immeuble-Photo Cédric Amey
La-Chaux-de-Fonds, balcon, vitrail Art Nouveau
Un balcon au vitrail de style Art Nouveau-Photo Cédric Amey
La-Chaux-de-Fonds, crématoire Art Nouveau
La-Chaux-de-Fonds, crematorium de style Art Nouveau-Photo Cédric Amey
 La-Chaux-de-Fonds, crématoire Art Nouveau : intérieur
 La-Chaux-de-Fonds, crematorium de style Art Nouveau-Photo Cédric Amey
 La-Chaux-de-Fonds, crématoire Art Nouveau, porte de cuivre
 La-Chaux-de-Fonds, crematorium de style Art Nouveau, porte plaquée cuivré martélé-Photo Cédric Amey
 La-Chaux-de-Fonds, crématoire Art Nouveau, porte de cuivre, détail
 La-Chaux-de-Fonds, crematorium de style Art Nouveau, porte plaquée cuivré martélé-Photo Cédric Amey
 La-Chaux-de-Fonds, maison Blanche de Le Corbusier
 Maison Blanche, Le Corbusier – Photo Cédric Amey
 La-Chaux-de-Fonds, boîtier de montre
 La-Chaux-de-Fonds, boîtier de montre -Photo Cédric Amey
 La-Chaux-de-Fonds,  vitrail Art Nouveau style Sapin
 La-Chaux-de-Fonds,  vitrail Art Nouveau style Sapin -Photo Cédric Amey

 

 

Eugène Grasset

Affiche :: Eugène Grasse l'art et l'ornementAprès une soirée passée à proximité de Lausanne aux abords du lac Léman, le dimanche matin fut dédié à la découverte de Lausanne et se termina sur une visite guidée de l’exposition consacrée à Eugène Grasset (1845-1917), un des décorateurs les plus célèbres de l’Art Nouveau. Né à Lausanne, installé en France dès 1871, sa réputation s’exporta jusqu’aux États-Unis.

Véritable initiateur de l’Art Nouveau, il s’intéressa à toutes les disciplines artistiques. Designer avant l’heure, il dessina pour la tapisserie, la céramique, la joaillerie et l’ameublement.

Mais c’est surtout dans le domaine du graphisme qu’il se fit connaître. En typographie, il créa un nouveau caractère d’imprimerie, et ses affiches offrent une représentation de la femme-fleur, très connue du grand public. Il est aussi l’auteur de La Semeuse, célèbre logo des éditions Larousse, toujours utilisé aujourd’hui. Il enseigna à Paris et forma nombre de décorateurs de l’époque et il publia en 1896, La Plante et ses applications ornementales, la référence incontournable pour tous les artistes.

Lausanne :: vue générale
Vue générale de Lausanne -Photo Cédric Amey

Voyage d’automne 2010 : Longwy et Metz

Vers Longwy et Metz

Le samedi 23 octobre 2010, le voyage d’automne de  l’AAMEN s’est déroulé en Lorraine : Longwy d’abord à la découverte des vitraux des anciens bureaux des aciéries de Longwy, le siège de la société Senelle-Maubeuge de Pierre le Bourgeois, bâtiment témoin de la transition entre l’Art Nouveau et l’Art Déco, l’église d’Heumont du même architecte, avec des vitraux de Jacques Gruber, et enfin un tour dans la ville de Metz, guidés par Christine Pignon-Feller à la découverte de l’architecture Art Nouveau.

Les Grands Bureaux des Aciéries de Longwy

Situés à la maison de la Formation de Longlaville (anciennement Grands Bureaux des Aciéries de Longwy), ces vitraux exceptionnels de style Art Déco (1928) se répartissent sur 4 étages en 27 verrières qui retracent les métiers de la sidérurgie dans les années 20. Ils seront dessinés par Alfred Levy, travaillant pour le compte des ateliers Majorelle.

Vitraux des ateliers Majorelle :: Siège des Grandes Aciéries de Longwy

Vitraux Majorelle des grands bureaux des aciéries de Longwy – photo Cédric Amey

vitraux Majorelle - la fonte en fusion - photo Cédric Amey
Vitraux Majorelle des grands bureaux des aciéries de Longwy – photo Cédric Amey
vitraux Majorelle, Longwy -ouvrier - photo Cédric Amey
Détail d’un vitrail des Grandes Aciéries de Longwy – photo Cédric Amey

 

L’église Saint Éloi de Réhon, dans la cité d’Heumont

Heumont est une cité ouvrière construite dans un esprit quasiment utopiste au sud de Réhon en 1930. La chapelle Saint-Éloifut construite en 1932-1933 par Pierre Le Bourgeois, architecte nancéien  qui incarne la transition entre Art Nouveau et Art Déco. Il est l’auteur des bâtiments nancéiens de l’Est Républicain et du Printemps / FNAC sis place Maginot à Nancy.

Chapelle Saint-Éloi d'Heumont à Réhon -photo Cédric Amey
Chapelle Saint-Éloi d’Heumont à Réhon, par Pierre le Bourgeois- photo Cédric Amey
Chapelle Saint-Éloi :: d'Heumont à Réhon, vitraux Jacques Gruber
Chapelle Saint-Éloi d’Heumont à Réhon, vitraux Jacques Gruber- photo Cédric Amey
Chapelle Saint-Éloi :: d'Heumont à Réhon, signature Jacques Gruber
Chapelle Saint-Éloi d’Heumont à Réhon, signature Jacques Gruber – photo Cédric Amey

Visite de l’AAMEN à Bad-Nauheim

Bad-Nauheim

Le samedi 05 juin 2010, l’Association des Amis du Musée de l’Ecole de Nancy se rendait à Bad-Nauheim, en Allemagne, pour découvrir le patrimoine exceptionnel de cette ville thermale, membre du Réseau Art nouveau.

Les membres de l'AAMEN à Bad-Nauheim
Les membres de l’AAMEN au complexe thermal de Bad-Nauheim. Photo Cédric Amey

 

Témoin majeur de l’Art nouveau allemand (appelé « Jugendstil »), cette cité thermale, en activité depuis le début du XIXe siècle, fut entièrement redessinée entre 1902 et 1912 sous l’impulsion du mécène visionnaire le grand-duc Ernst Ludwig de Hesse (déjà à l’initiative, en 1899, de la construction de la colonie d’artistes de Darmstadt).

Vue du Sprudelhof. Photo Cédric Amey
Vue du Sprudelhof. Photo Cédric Amey

 

Témoin majeur de l’Art nouveau allemand (appelé « Jugendstil »), cette cité thermale, en activité depuis le début du XIXe siècle, fut entièrement redessinée entre 1902 et 1912 sous l’impulsion du mécène visionnaire le grand-duc Ernst Ludwig de Hesse (déjà à l’initiative, en 1899, de la construction de la colonie d’artistes de Darmstadt).

L'intérieur du complexe thermal. Photo Nicole Gaudillère
L’intérieur du complexe thermal. Photo Nicole Gaudillère
Pilastre à l'intérieur du complexe thermal. Photo Nicole Gaudillère
Pilastre à l’intérieur du complexe thermal. Photo Nicole Gaudillère
Ferronnerie de balustrade. Le décor de lignes ondoyantes et de demi-sphères évoque l'eau thermale et ses bulles de gaz. Photo Nicole Gaudillère
Ferronnerie de balustrade. Le décor de lignes ondoyantes et de demi-sphères évoque l’eau thermale et ses bulles de gaz. Photo Nicole Gaudillère
Vitrail au décor géométrique et stylisé à l'intérieur du Sprudelhof. Photo Nicole Gaudillère
Vitrail au décor géométrique et stylisé à l’intérieur du Sprudelhof. Photo Nicole Gaudillère
L'une des fontaines du Sprudelhof, due au sculpteur Heinrich Jobst. Photo Nicole Gaudillère
L’une des fontaines du Sprudelhof, due au sculpteur Heinrich Jobst. Photo Nicole Gaudillère

 

Par la cohérence de sa construction due au seul architecte Wilhelm Jost et la proche collaboration de décorateurs, le complexe thermal de Bad-Nauheim reste l’un des témoins majeurs de cette notion d’art total (Gesamtkunstwerk), dont la fonction pratique dévolue au thermalisme est intimement liée à l’architecture et à son décor Jugendstil.